• FrançaisEnglishDeutschРусскийItalianoΕλληνικάRomână简体中文

Néapoli

Entre gloire et oubli
Les résultats de votre recherche

Néapoli

Posté par Myriam Gergowich le 19 mars 2019
| 0

L'inattendue Néapoli

Le village a connu ses heures de gloire

 

Néapoli est située à environ 54 km à l’est d’Héraklion et à 15 km à l’ouest d’Agios Nikolaos, dans une vallée verdoyante aux oliveraies denses, par laquelle passe le route nationale qui relie Héraklion à Agios Nikolaos. C’est une ville tranquille avec beaucoup de beaux bâtiments, de beaux jardins, de vieilles églises et plusieurs attractions.

Néapoli, à l’époque vénitienne, était un petit village appelé Kares, qui signifie «arbre à noix» en dialecte crétois.
Le village a été détruit et reconstruit par les Vénitiens, qui l’ont nommé Kenourgio Chorio (Nouveau village).
Pendant l’occupation turque de la Crète, le village connut un vaste développement et se tourna vers une ville moderne, alors que les Turcs décidaient de déplacer la capitale de la préfecture de Lassithi à Kenourgio Chorio.
En effet, Neapoli, ainsi qu’il a été nommé par les Turcs, était la capitale de la Crète orientale jusqu’en 1904 et c’est pourquoi, même aujourd’hui, de nombreuses autorités de l’État grec y sont hébergées.

Néapoli a longtemps été oubliée par l’État grec depuis la Seconde Guerre mondiale et ses jeunes résidents ont tendance à abandonner la ville pour se rapprocher des grandes villes.
Cependant, plusieurs beaux bâtiments témoignent du passé glorieux de la ville, tels que la Cour, qui abritait autrefois le siège de la préfecture de Lassithi, l’hôpital, l’ancien collège et les offices épiscopaux de Pétra.
Vous pouvez également visiter le musée folklorique et le magnifique bâtiment de l’ancien orphelinat, qui abrite une remarquable collection archéologique et la bibliothèque publique d’Iliakios.

En outre, il y a plusieurs belles églises, la plus grande étant la cathédrale de la Panagia (Vierge Marie) dans le centre-ville, construite dans une mosquée et un temple plus anciens. C’est la deuxième plus grande église de Crète. Une autre église près de Néapoli est celle de St. George.
En 1770, après la révolution crétoise de Daskalogiannis, les Turcs ont encerclé l’église pendant l’heure des vêpres et ont abattu le prêtre et l’ensemble de la congrégation. C’est pourquoi on l’appelle aussi Saint George, l’ensanglanté.

À Néapoli, vous pourrez manger ou boire votre café sur la place principale, près de la cathédrale.
La ville est également célèbre pour la production d’orgeat, une boisson sucrée à base d’amandes et est offerte en Crète dans toutes les bonnes occasions.

À courte distance (en voiture), sur la colline de Saint-Antoine, les ruines de l’ancienne ville de Dreros ont été découvertes.
Dreros a été construite après l’invasion de Dorian (XIIIe siècle av. J.-C.) et fut par la suite une ville importante, principalement parce qu’elle pouvait contrôler le passage naturel de la Crète centrale à la Crète orientale. Le monument le plus important est le temple d’Apollo Delphinios, le seul qui ait été découvert jusqu’à présent en Crète.
Les statues de cuivre d’Apollon, d’Artémis et de Léto ont été mises au jour et sont exposées au musée archéologique d’Héraklion.

À Neapolis, vous pouvez également vous promener dans les ruelles du quartier d’Agios Dimitrios et visiter le vieil aqueduc et le sérail de Maslum Karakasis, où vécut Adosidis Pasha.
De plus, à quelques minutes à pied, vous pourrez visiter le magnifique bocage de Pashaligo avec ses vieux moulins à eau et la tour de Pasqualigo, un ancien seigneur féodal de la région.

L’histoire de l’église de la Vierge Marie

Selon la tradition, en 1891, un comité composé de trois membres se rendit à Istanbul pour demander un firman (financement par les autorités turques) pour la construction d’un temple sur le site où se trouvaient les ruines de l’ancien temple de la Vierge Marie.

Au lieu du firman, le grand vizir (officier turc) a remis au commandant turc à Héraklion une enveloppe scellée contenant l’ordre de suspendre à mort les trois membres du comité.
En effet, le fonctionnaire a ouvert l’enveloppe et a immédiatement conduit la Commission en prison à Héraklion.
Un jour avant la pendaison du comité, le bourreau a eu une crise cardiaque et est décédé.
Le commandant a considéré cela comme un mauvais présage et a décidé d’autoriser le comité à construire l’église, toutefois dans un délai de 40 jours.

Le comité s’est rendu à Néapoli et les chrétiens des provinces environnantes ont volontairement offert leur propre travail.
Il y avait tellement d’habitants que des pierres de la carrière à l’église ont été transférées de main en main. En effet, dans les 40 jours, l’église était prête et fut inaugurée par l’évêque de Petra, assassiné par les Turcs en 1821.

 

Kritsa
Mochlos

Comparer les annonces